fbpx
 
 

 

Tunisie : Fin de partie pour les islamistes d’Ennahda !

Tunisie : Fin de partie pour les islamistes d’Ennahda !

A l’issue de plusieurs semaines de grogne populaire, provoquée par une grave dégradation de la situation économique et sanitaire, qui a atteint son apogée le 25 juillet – jour anniversaire de l’instauration de République en Tunisie – avec une journée de protestation appelant au limogeage du gouvernement et à la dissolution du parlement, marquée par le saccage de plusieurs sièges d’Ennahda, le parti islamiste au pouvoir, notamment dans les villes pauvres du sud du pays ; le président Kaïs Saïed a décidé de porter un « coup d’arrêt » radical à la crise politique et sociale qui secoue la Tunisie.

 

Tunisie, nouvelle colonie du Qatar ?

Tunisie, nouvelle colonie du Qatar ?

Le malheur tunisien fait le bonheur colonial du Qatar. C’est en effet sur la toile de fond d’un pays décimé par le Coronavirus -le taux de décès y est le plus élevé d’Afrique- qu’a été voté un projet de loi permettant au « Qatar Fund for development » de gérer les intérêts financiers entre la Tunisie et le Qatar. Un véritable traité qui autorisera Doha à intervenir directement dans l’économie tunisienne, avec des avantages considérables pour les bailleurs de fonds de l’islamisme.

 

L’Autriche inscrit les Frères musulmans sur la liste noire des organisations terroristes

L’Autriche inscrit les Frères musulmans sur la liste noire des organisations terroristes

Huit mois après les attentats de Vienne, les autorités autrichiennes viennent de durcir leurs législations antiterroristes. Avec la nouvelle loi antiterroriste adopté le 8 juillet, l’Autriche a franchi le pas, en étant le premier pays européen a inscrire la confrérie des Frères musulmans sur sa liste noire des organisations terroristes.

 

Ian Hamel innocenté par la justice suisse des accusations de « diffamation et calomnie » proférées par Tariq Ramadan

Ian Hamel innocenté par la justice suisse des accusations de « diffamation et calomnie » proférées par Tariq Ramadan

Le 30 janvier 2019, Tariq Ramadan déposait plainte contre notre confrère Ian Hamel, pour « diffamation » et « calomnie », suite à la publication d’un article paru le 26 novembre 2018 sur le site du magazine Le Point, intitulé « Le gouvernement genevois confirme les accusations portées contre Tariq Ramadan ». Le texte était une synthèse d’un rapport commandé par le Conseil d’État (le gouvernement) de Genève sur le comportement du prédicateur lorsqu’il était enseignant dans un collège en Suisse entre 1984 et 2004. Le rapport confirmait les accusations portées contre Tariq Ramadan dans la presse helvétique, à savoir qu’il était soupçonné d’avoir eu des relations sexuelles avec certaines de ses élèves. Le 21 janvier 2021, une ordonnance de classement de cette plainte a été prise par Olivier Jornot, procureur général du canton de Genève, innocentant ainsi notre confrère des accusations de « diffamation » et de « calomnie » proférées à son encontre par le petit fils du fondateur des Frères musulmans.

 

L’antisémitisme viral des Frères musulmans

L’antisémitisme viral des Frères musulmans

Au début du mois de mars, Tariq Ramadan a exigé le renvoi d’un expert désigné par la justice afin d’analyser l’emprise qu’il pouvait exercer sur des jeunes femmes avec lesquelles il entretenait des relations sexuelles violentes. Pour demander le départ du docteur Daniel Zagury, la défense du prédicateur évoque « une manipulation ». En fait, le principal reproche fait à ce médecin est d’être… juif !

 

22 personnalités françaises appellent à la dissolution de l’organisation frères-musulmane Musulmans de France

22 personnalités françaises appellent à la dissolution de l’organisation frères-musulmane Musulmans de France

Dans une lettre ouverte adressée au Président Emmanuel Macron, au Premier ministre, Jean Castex et au ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, 22 personnalités françaises, parmi lesquelles des élus, des intellectuels, des chercheurs et un général de corps d’armée, ont appelé à la dissolution de l’organisation « Musulmans de France » (ex-UOIF), la branche française de la confrérie des Frères musulmans décrite comme étant une « confrérie sécrète qui prône un islam politique et totalitaire » dont « les penseurs ont inspiré le djihadisme mondial ».