fbpx
 
 

 

Jacques Julliard : ‘‘La gauche française n’a plus besoin qu’on la tue, elle s’en charge elle-même !’’

Jacques Julliard : ‘‘La gauche française n’a plus besoin qu’on la tue, elle s’en charge elle-même !’’

Illustre figure intellectuelle et humaniste, grand historien de la gauche française, doyen des chroniqueurs et éditorialistes de la presse parisienne qu’il a enrichi de ses analyses affutées et ses opinions éclairées durant plus d’un demi siècle, Jacques Julliard est décédé le 8 septembre, à l’âge de 90 ans.

« Une grande voix républicaine, humaniste et socialiste vient de s’éteindre. Jacques Julliard chérissait la Nation sans jamais perdre de ses engagements européens. Il ne cédait rien sur les valeurs universelles et sur la laïcité sans jamais étouffer sa foi vibrante. Il militait infatigablement pour le socialisme émancipateur, sans jamais lui pardonner ses fautes et ses faiblesses. Il se moquait des appartenances et des lignes dès lors qu’elles offraient l’opportunité d’un débat élevé et d’une confrontation fructueuse. La presse perd l’une de ses plus belles plumes, la gauche l’un de ses intellectuels les plus féconds, la France l’un de ses amoureux les plus transis, et nous un ami. », écrit François Hollande dans un vibrant hommage à l’auteur de ‘‘La gauche et le peuple’’, qui a toujours témoigné un « grand respect » pour l’action de l’ancien Président de la République.

En décembre dernier, Jacques Julliard nous a reçu pour une grand entretien, dans le cadre d’un Hors Série de notre mensuel Ecran de veille intitulé ‘‘Comment résister à la crétinisation du monde ?’’. En historien critique, il déplorait dans cet entretien la délégitimation populaire de sa famille politique, considérant que le fait d’« abandonner l’universalisme est suicidaire pour la gauche », car « c’est pour cela que l’exacerbation des particularismes – les migrants, les femmes, les minorités sexuelles – déferle sur la France ». Et concluait, avec un pointe d’amertume, qu’« il est désolant, quand on est un homme de gauche, d’être amené sans arrêt à charger la barque de son propre camp. Je le fais sans plaisir et moins souvent que je n’en ai envie ! »

 

Éric Guéret, réalisateur de ‘‘Premières Urgences’’ : Y a-t-il une volonté politique de détruire l’hôpital public français ?

Éric Guéret, réalisateur de ‘‘Premières Urgences’’ : Y a-t-il une volonté politique de détruire l’hôpital public français ?

Pendant six mois, le réalisateur Éric Guéret a filmé le quotidien de jeunes internes en médecine au service des urgences de l’hôpital Delafontaine, à Saint-Denis, en banlieue parisienne. Le résultat est un documentaire touchant et ambitieux, Premières Urgences (sorti en salles de cinéma le 16 novembre). Alors que les patients s’accumulent dans les couloirs, les cinq internes (Amin, Evan, Hélène, Lucie et Mélissa) font de leur mieux, avec courage et abnégation, malgré un criant manque de moyens.

 

Alain Bauer : ‘‘Il faut se doter d’un ‘code de la route’ pour réguler la circulation sur internet’’ !

Alain Bauer : ‘‘Il faut se doter d’un ‘code de la route’ pour réguler la circulation sur internet’’ !

Professeur de criminologie au Conservatoire National des Arts et Métiers, auteur de multiples ouvrages sur les francs-maçons, la criminalité et le terrorisme, consulté par les politiques de gauche comme de droite, en France et aux États-Unis, sur toutes les questions de sécurité, Alain Bauer est un acteur incontournable de la lutte contre la déstabilisation des sociétés.

 

Carine Azzopardi : ‘‘pour  beaucoup de jeunes, la laïcité est une guerre contre la religion’’ !

Carine Azzopardi : ‘‘pour beaucoup de jeunes, la laïcité est une guerre contre la religion’’ !

Le 11 septembre 2001, la journaliste Carine Azzopardi couvrait les attentats de New York, où elle se trouvait par hasard. Le 13 novembre 2015, son compagnon et père de leurs enfants, le journaliste musical Guillaume Barreau-Decherf, 43 ans, était assassiné au Bataclan. Dans son livre « Ces petits renoncements qui tuent : le cri d’alarme d’un professeur contraint à l’anonymat » (Plon), Carine Azzopardi livre le témoignage – anonyme – d’un professeur de français, confronté au quotidien à l’islamisme vindicatif de certains de ses élèves. Hussard de la République, il refuse cependant de baisser les bras et garde espoir. Merci

 

Michel Onfray : Zemmour est le symptôme d’une digue qui saute !

Michel Onfray : Zemmour est le symptôme d’une digue qui saute !

Accusé lui-même d’être un populiste (de gauche ?), Michel Onfray – dont la revue Front Populaire a organisé un gigantesque meeting au Palais des Congrès de Paris, durant lequel il a débattu avec Éric Zemmour – porte sur l’auteur du ‘‘Suicide français’’, un regard atypique mais lucide…

 

Bernard Kouchner : Ne cédons pas à la ‘‘fascisation des esprits’’ !

Bernard Kouchner : Ne cédons pas à la ‘‘fascisation des esprits’’ !

Montée des populismes en Europe, renoncement aux valeurs humanistes et des droits de l’Homme, échec des interventions militaires et humanitaires occidentales, retour des Talibans… Tout en reconnaissant les échecs, les dérives et les régressions, Bernard Kouchner, fondateur de Médecins Sans Frontières (MSF) et ancien ministre français des Affaires étrangères, s’efforce de rester optimiste, appelant à croire plus que jamais en l’Homme, certes capable du pire, mais aussi et toujours du meilleur.

 

Lorenzo Vidino : Les investissements dissimulés rapportent des dizaines de millions d’euros aux Frères musulmans

Lorenzo Vidino : Les investissements dissimulés rapportent des dizaines de millions d’euros aux Frères musulmans

Auteur de deux ouvrage de référence (‘‘Frères musulmans, le cercle restreint’’ et ‘‘Les néo Frères musulmans en Occident’’), Lorenzo Vidino est l’un des plus imminents spécialistes de la Confrérie islamiste en Europe. Dans cet entretien exclusif, il nous explique comment les investissements immobiliers dissimulés des Frères musulmans leur rapportent des dizaines de millions d’euros chaque année.

 

Mohamed Louizi : Les Frères musulmans dissimulent un immense empire immobilier en France et en Europe

Mohamed Louizi : Les Frères musulmans dissimulent un immense empire immobilier en France et en Europe

L’auteur de ‘‘Pourquoi j’ai quitté les Frères musulmans’’ a été le premier en 2016 à publier une enquête sur le patrimoine immobilier de l’imam Hassan Iquioussen et de sa famille. Pour lui, le cas Iquioussen n’est en fait que l’arbre qui cache la forêt : depuis des décennies, la Confrérie des Frères musulmans accumule, en toute discrétion, des immeubles, des maisons, des locaux commerciaux, des appartements, des terrains. L’objectif est de se constituer un ‘‘trésor de guerre immobilier’’ qui leur permettrait de s’autofinancer, pour ne plus dépendre de l’argent venant des pays du Golfe.

 

Anouar Rahmani ‘‘J’ai vu Salman Rushdie se faire poignarder’’

Anouar Rahmani ‘‘J’ai vu Salman Rushdie se faire poignarder’’

Le 8 août dernier, le rom ancien algérien Anouar Rahmani devait prendre part au débat sur la liberté d’expression, aux côtés de Salman Rushdie et d’autres artistes persécutés, à Chautauqua, dans l’État de New York. Il était dans la salle quand l’auteur des ‘‘Versets sataniques’’ s’est fait poignarder. Dans cet entretien réalisé à chaud, au lendemain de l’attaque, il se confie en exclusivité pour Écran de Veille, sur cette douloureuse épreuve.

 

Salman Rushdie : ‘‘les musulmans finiront par se révolter contre le fanatisme qui dévore leur monde’’

Salman Rushdie : ‘‘les musulmans finiront par se révolter contre le fanatisme qui dévore leur monde’’

Dans cet entretien réalisé par notre collaboratrice Martine Gozlan en février 2006, pour l’hebdomadaire Marianne, au moment de la sortie de son huitième roman ‘‘Shalimar le Clown’’, l’auteur des ‘‘Versets sataniques’’ parle d’espoir, de création et de résistance. Vertigineux.