fbpx
 
 

 

Erdogan : le sens caché du nouveau massacre des arméniens au Haut Karabakh

Erdogan : le sens caché du nouveau massacre des arméniens au Haut Karabakh

« Qu’est-ce qu’un fanatique, disait Churchill : une personne qui ne veut jamais changer d’avis ni changer de sujet. » Les massacres qui se sont récemment déroulés dans le Caucase nous renvoient à ce fanatisme vieux de plus d’un siècle : le génocide des Arméniens en 1915.

 

Union Européenne : Faire face à Erdogan, le belliqueux !

Union Européenne : Faire face à Erdogan, le belliqueux !

Le Président Turc, Recep Erdogan, veut montrer aux grandes puissances qu’il a son mot à dire sur la redistribution des cartes au Moyen Orient et sur la résolution des conflits dans la région, à un moment, qui, plus est, où l’ordre mondial, issu de 1945, fin de la 2ième guerre mondiale, est devenu caduc.

 

Erdogan en nouveau parrain du fascisme islamique

Erdogan en nouveau parrain du fascisme islamique

Toujours plus fort, toujours plus fou. Recep Tayyip Erdogan s’est intronisé « deuxième conquérant » de Sainte-Sophie après Mehmet II en 1453. Il l’a proclamé dans son « message à la nation » diffusé à la télévision ce jour funèbre du 10 juillet 2020 où fut annulé le décret d’Ataturk de 1934 transformant l’édifice en musée. Mustapha Kemal avait rendu à l’humanité la basilique, joyau de la chrétienté pendant 916 ans, puis mosquée phare de l’empire ottoman pendant cinq siècles. Il voulait en finir avec la fracture Islam-Occident et apaiser les conflits. Erdogan, lui, les rallume.

 

Quand le parti d’Erdogan prétend que son chef est plus populaire que le prophète Mahomet !

Quand le parti d’Erdogan prétend que son chef est plus populaire que le prophète Mahomet !

Profitant de la compagne de boycott anti-française, orchestrée par des oulémas islamistes, dans plusieurs pays musulmans, suite à la republication des caricatures de Mahomet, le président turc Recep Tayyip Erdogan s’est autoproclamé chef de file d’un prétendu mouvement pour la défense du prophète de l’Islam.

 

Quand la Turquie joue la russie contre les Etats-Unis

En décidant de se procurer des missiles Sol Air Russes S400, parmi les plus sophistiqués au monde, capables d’atteindre plus de 80 cibles à la fois, le Président Turc, Receps Erdogan, n’a fait que défier les États-Unis et hypothéquer les chances de maintien de son pays au sein de l’OTAN.