fbpx
 
 

Pour une lecture optimale, téléchargez gratuitement l'Appli GWA pour tablettes et smartphones

 

Belgique : Imam Toujgani, le ‘‘modéré’’ qui appelait à ‘‘brûler les Juifs’’ !

20 mars 2022 News   1141  

L’imam Mohamed Toujgani est affilié au Conseil des théologiens de Belgique, organisation très opaque, proche de l’Exécutif des Musulmans de Belgique (EMB). Les autres organisations musulmanes de Belgique reprochent aux membres de cet exécutif d’être cooptés « de manière népotique ». Son bureau est actuellement présidé par l’imam Tahar Toujgani, cousin de Mohamed, également à la tête du Conseil européen des oulémas marocains.

Mohamed Toujgani est aussi proche de la ligue des Musulmans de Belgique, filiale locale de la confrérie des Frères musulmans (voir photo ci-dessus). La mosquée al-Khalil, dont il était l’imam, à Molenbeek, a été créée, en 1985, par la branche syrienne des Frères musulman.

L’imam Toujgani prétend être porteur d’un discours de tolérance et d’ouverture. Cependant, deux ans avant son interdiction de séjour en Belgique, il avait déjà soulevé une vive polémique, suite à la révélations d’une vidéo (diffusée sur YouTube en 2009) dans laquelle il appelait à « bruler les Juifs ».

Toujgani se réclame aussi du dialogue inter confessionnel. Mais, d’aucuns se demandent comment et avec quels présupposés philosophiques il pouvait promouvoir le dialogue avec les autres religions, vu qu’il méconnaît totalement les références culturelles belges ?

La sociologie de l’Islam belge n’est pas comparable avec celle de la France. Un homme comme Toujgani sur le sol français n’aurait aucune légitimité ni aucune crédibilité auprès des instances publiques. Car, il est l’incarnation des travers d’un courant religieux traditionaliste, aux multiples lacunes, qui s’est installé en Belgique depuis 40 ans.

Se pose, cependant, la question : comment des gens comme l’imam Toujgani, dont on découvre aujourd’hui les ‘‘fréquentations dangereuses’’, selon la sécurité de l’État belge, sont passés du statut d’indésirables à celui de personnalités sollicitées pour des médiations et des rencontres officielles, dans le cadre de la promotion d’un prétendu discours de modération ?