fbpx
 
 

 

FRÈRES MUSULMANS : en finir avec le laxisme occidental face à l’islamisme politique



Hamid Zanaz (*)

Depuis quatre décennies, les gouvernements européens accueillent dans leurs pays des centaines de dirigeants islamiques. Certains agissent ainsi pour des raisons politiques et stratégiques, d’autres sont motivés par la défense des droits de l’Homme. Une chose est, cependant, certaine : les intentions de ces arrivants ‘‘pas comme les autres’’ n’ont rien à voir avec les attentes et les motivations les autorités européennes.

Ces islamistes profitent sournoisement de la liberté de conscience garantie par les démocraties occidentales qu’ils détestent viscéralement. Pis encore, ils n’ont aucun scrupule à diffuser un discours séparatiste auprès des musulmans vivant en Occident, les incitant à revendiquer l’application des droits spécifiques. Et visent à terme l’application la charia dans leurs communautés.

Ne soyons pas dupes et ôtons nos œillères : le but des Frères musulmans est l’islamisation de cet Occident accueillant et peu regardant sur leurs viles manigances ! Des erreurs fatales dans l’analyse de la nature idéologique des Frères musulmans ont été commises par de nombreux Occidentaux. Elles ont donné lieu à une incompréhension quant aux véritables objectifs de la Confrérie, à tel point que beaucoup de chercheurs et hommes politiques en Europe les considèrent comme de conservateurs musulmans modérés capables de coexister avec les valeurs et les lois démocratiques modernes.

Le masque de la prétendue modération des Frères musulmans a trompé de nombreux Européens et Américains, rassurés par un discours ‘‘lisse’’, ‘‘sympathique’’ qui n’a rien à voir avec le discours islamiste original, formulé en Arabe et destiné au premier lieu aux partisans de la Confrérie, puis aux musulmans en général.

Ce double langage apparaît clairement quand on examine de près les écrits pseudo-conciliants des Frères musulmans publiés en langue française et les idées destructrices et violentes qu’ils publient sur leurs sites et dans leurs journaux arabophones. Cette méthode a été utilisée, par exemple, par les Frères musulmans algériens, lors de leurs campagnes électorales, dans les années 1990, ils s’adressaient aux lecteurs francophones dans un discours proche de la laïcité, mais utilisaient un discours glorificateur de l’État islamique quand ils s’adressaient aux lecteurs arabophones.

Cette ruse a bien fonctionné, jusqu’aux attentats meurtriers perpétrés en France et en Europe par les djihadistes. Hommes politiques, chercheurs, journalistes et autres promoteurs d’un ‘‘islam des Lumières’’ se sont, alors, retrouvés face à leurs propres dénis. Une minorité d’entre eux a pris le temps d’examiner le vrai visage de cette Confrérie, son fonctionnement, ses positions, ses actions dans l’Histoire. Les Frères musulmans ont, enfin, été démystifiés par des livres, des enquêtes, des reportages, des articles de presse décortiquant et analysant leurs discours, dévoilant le fascisme de certains de leurs leaders et de leurs relais en Occident, à l’instar de nombreuses mosquées et centres cultuels prétendument culturels…

C’est ainsi que le grand public en Occident commence à découvrir, petit à petit, le côté sombre et les structures secrètes de la Confrérie fondée Hassan al-Banna, le grand-père de Tareq et Hani Ramadan. Dévoilés, les Frères font profil bas, usant la taqiyya, c’est-à-dire de la dissimulation et de la duplicité, ils tentent par tous les moyens de se démarquer du djihadisme, pour embellir leur image. En vain, car leurs liens secrets avec les groupes islamistes violents, leurs combines, leurs entrisme, leurs intrigues, leurs implications dans des assassinats, leur collaboration avec le IIIème Reich, sont désormais connus et documentés.

Mahmoud Mahdi Akef, le Guide suprême de la Confrérie de 2004 à 2010, a révélé ce qui avait été planifié pendant des décennies par les disciples de Hassan al-Banna, en affirmant que « le but des Frères musulmans est d’établir un État islamique mondial. Nous, musulmans, nous migrons partout dans le monde et le chemin reste long avant que nous puissions prendre le contrôle de l’Europe ».

Dans un entretien accordé à El Karama, une revue cairote, le guide signait et persistait : « L’islam est la solution est toujours notre slogan électoral central ». Ce même guide conseillait aux parents de pratiquer l’excision sur leurs petites filles : « Les Américains dépensent des millions de dollars sans interruption dans le but de changer la façon d’être des musulmans. Ils ont déclaré la guerre contre l’excision, cette coutume qui se pratique depuis l’époque des Pharaons dans 36 pays ».

Les position du guide ne diffèrent guère de celles de son compagnon dans la Confrérie, le célèbre prédicateur Youssef al-Qaradawi, lui aussi adepte de cette amputation criminelle : « L’excision est autorisée. Et si les parents estimaient que cela est bénéfique pour leurs filles, laissez-les faire, même si la question reste en discussion entre les savants musulmans », expliquait le théologien vedette d’Al-Jazeera.

Quant à Mustapha Machhour, précédent guide de la Confrérie des Frères musulmans, entre 1996 et 2002, il a déclaré sans hésitation, le 7 juillet 1997, à l’édition anglaise d’Al Ahram Hebdo : « Étant dhimmis, comme l’exige la charia, les Coptes devraient payer la djizya (impôt imposé aux non musulmans vivant dans un pays islamique) ».

Safwat Hijazi, l’une des figures intellectuelles des Frères musulmans, résume le projet de la Confrérie dans des termes sans équivoque : « Le lecteur des écrits des Frères ne doit pas perdre de vue ce qui suit : le Califat et la domination du monde. Oui, nous serons un jour les maîtres du monde ».

Nous pouvons lire aussi, sur le site de la Confrérie, une glorification de Daech, publiée le 24 novembre 2014, par l’un de ses cadres, un écrivain et célèbre professeur à l’Université de Tanta en Égypte, Hilmi Al-Qaoud. Selon lui, « de nombreux sites font l’éloge de l’État islamique, qui travaille dur pour établir la justice sociale et que les gens sont heureux sous le règne de Daech, car c’est cet État qui les protège des milices chiites irakiennes et du tyran Bashar al-Assad. Pour ces raisons, les gens soutiennent Daech dans sa guerre contre les Croisés et les tyrans locaux ». Par ailleurs, Début 2015, dans une intervention télévisée, le chef des Frères musulmans en Jordanie, Hamza Mansour, a refusé de qualifier Daech d’organisation terroriste.

Incitant les musulmans installés en Occident au rempli communautariste, Youssef Al-Qaradawi évoque un étrange argument, appelant les musulmans d’Occident, à ‘‘imiter les Juifs’’, en s’enfermant dans des ghettos ! Pour promouvoir l’isolationnisme communautaire et le repli identitaire des musulmans, il n’hésite pas à tordre le cou aux vérités historiques, pour faire croire que les juifs d’Europe ont choisi volontairement de s’enfermer dans les ghettos : « J’ai dit à nos frères qui vivent à l’étranger : essayez de créer une petite communauté pour vous dans la grande société, sinon vous fondrez en Occident comme du sel dans l’eau. Ce qui a sauvé le judaïsme au cours des derniers siècles, c’est sa petite communauté connue sous le nom de ghetto juif. Essayez d’avoir votre propre communauté ».

Les élites dirigeantes Occidentales comprendront-elles un jour la dangerosité de cette Confrérie qui vise à islamiser le monde ? Saisiront-elles la nature totalitaire et expansionniste de la guerre idéologique qu’elle mène contre l’Occident et l’humanité toute entière ?