Belgique : Bruxelles, capitale européenne des Frères musulmans



La Belgique compte deux pôles principaux liés à la mouvance frères-musulmane, autour desquels gravite un ensemble d’associations locales et d’organisations satellitaires. Mais, la capitale Européenne est aussi convoitée par plusieurs organisations pan-européenne de la Confrérie dont l’activité principale est le lobbying auprès des institutions européennes.

De par sa position de capitale de l’Union Européenne, Bruxelles est une plaque tournante très convoitée par les réseaux Frères-musulmans. Trois des six organisations pan-européennes de la Confrérie y tiennent leurs quartiers généraux : le Forum des Organisations Européennes des Jeunes et Etudiants Musulmans (FOEJEM), le Forum Européen des Femmes Musulmanes (FEFM) et le Réseau Musulman Européen (RME). 

Leur implantation en Belgique n’est pas fortuite, puisqu’elle leur permet de faire du lobbying auprès des institutions européennes, ainsi que de l’entrisme au sein des nombreuses ONGs belges et pan-européennes, telles que l’European Network on Religion and Belief (ENRB) ou le Centre Démocrate Humaniste (CDH).

Quant au réseaux locaux des Frères musulmans belges, ils sont structurés autour de deux pôles principaux. L’un est basé à Bruxelles, l’autre à Verviers.

La Ligue des musulmans de Belgique (LMB) tient son quartier général dans la capitale et est présente dans quatre autres villes : Liège, Anvers, Gand et Verviers. Créée en 2005, LMB s’est vite imposée comme l’organisation la plus représentative des Frères musulmans en Belgique. Présidée actuellement par Karim Azzouzi, elle entretient des liens très étroits avec son alter-ego français Musulmans de France (ex-UOIF), dont elle adopte la structure organisationnelle et les schémas de fonctionnent. Cela s’illustre, notamment, par un travail de proximité, basé sur la fédération d’une multitude d’associations locales et régionales. Et par l’effort assidu de prédication, notamment à travers l’organisation de rencontres, colloques et foires islamiques. 

Le second pôle principal des Frères musulmans belges est le Complexe Éducatif et Culturel Islamique de Verviers (CECIV). Créé en 2004, par l’islamiste de nationalité allemande, Hassan Sawaid, il dirige la mosquée Assahaba et un centre socio-culturel rattaché à celle-ci. 

Le CECIV a longtemps été dirigé par Michael Privot, l’une des grandes figures intellectuelle de l’islamisme belge. Après avoir revendiqué officiellement son appartenance aux Frères musulmans, en 2008, Privot fait dissidence, avec fracas, en 2012. Cinq ans plus tard, il relate l’expérience de son endoctrinement au sein de la Confrérie, dans un livre autobiographique intitulé Quand j’étais Frère musulman

Autour de ces deux pôles principaux des Frères musulmans belges, gravitent plusieurs organisations satellitaires. Les plus influentes sont le Collectif Contre l’Islamophobie en Belgique (CCIB), basée à Bruxelles et présidé par Mustapha Chairi, Empowering Belgian Muslims (EmBeM), basée à Genk et dirigée par Fatima Zibouh, l’Association Belge des Professionnels Musulmans (ABPM), devenue depuis 2018 Entrepreneurs Actifs de la Diversité (EAD), basée à Bruxelles et présidée par Taoufik Amzile, et l’association Toutes Égales au Travail et à l’École (connue aussi sous le nom de Collectif TETE ), basée à Bruxelles et dirigée par Farida Tahar.