fbpx
 
 

 

Corridor économique Chine-Pakistan : des désaccords qui illustrent la brutalité du néo impérialisme chinois !



Roland Jacquard (*)

Le président chinois Xi Jinping a clairement affiché ses ambitions expansionnistes moins d’un an après avoir pris ses fonctions de secrétaire général du Parti communiste chinois (PCC) lorsqu’il a lancé l’ambitieuse Initiative Ceinture et Route (ICR) qui traverse l’Asie, l’Europe et l’Afrique, reliant des dizaines de pays. Et le premier pays à s’être associé à la Chine, dans le cadre de l’ICR, a été le Pakistan, lorsque le Corridor économique Chine-Pakistan (CECP), d’un montant de 62 milliards de dollars, comprenant un large éventail de projets d’infrastructure, a été signé en grande pompe en 2015. En raison de son étendue, le CECP, souvent désigné au Pakistan comme le projet phare de l’ICR, offre à l’observateur une vue d’ensemble des objectifs réels et des ambitions de Xi Jinping par rapport à cette initiative.

Au total, 90 projets ont été sanctionnés dans le cadre du CECP. La Chine a fixé trois échéances pour l’achèvement de ces projets : court terme (2020), moyen terme (2025) et long terme (2030). Ces projets sont financés par une combinaison de mécanismes de financement, dont 61% sous forme d’Investissements Directs Etrangers (IED), 24% sous forme de prêts et 1% sous forme de subventions. Sur la base des demandes du gouvernement pakistanais, seuls 19 projets ont été achevés à ce jour. En outre, 28 projets sont en cours d’exécution, tandis que 41 projets sont soit en préparation, soit doivent encore voir le jour. Le statut des deux autres projets n’est pas connu.

Selon les données de l’autorité pakistanaise du CECP, les dépenses engagées pour les projets clés du CECP se répartissent de la façon suivante :

Un examen rapide de ces projets clés montre clairement que la majorité d’entre eux sont ceux qui relient le Xinjiang en Chine au port de Gwadar, dans la province pakistanaise du Baloutchistan, ajoutant ainsi à l’infrastructure pour un transport fluide des marchandises entre Gwadar et la Chine et vice versa. L’autre domaine qui a connu quelques progrès est le secteur de l’énergie, où neuf des 22 projets prévus ont été mis en œuvre. Cette priorité accordée aux projets situés aux points d’entrée/sortie du CECP et à l’infrastructure routière reliant ces deux points est également révélatrice du fait que les intérêts chinois déterminent le calendrier des projets du CECP.

Bien que le gouvernement pakistanais ait gardé sous silence les détails des accords et l’avancement de chacun des sous-projets du CECP, il est apparu que l’autoritarisme chinois dans l’exécution de nombreux projets clés a entraîné des blocages de route en raison des différends croissants entre les deux pays. Par exemple, le projet ML-I de restructuration de la liaison routière Karachi-Peshawar, considéré comme le « projet phare » du CECP, a été gelé ces dernières années en raison de désaccords sur la gestion des dépenses, des finances et de la modélisation. Le principal obstacle qui provoque ce retard serait la différence d’opinion sur la nature du financement du projet. Alors que le Pakistan cherche à obtenir un prêt concessionnel, la Chine fait pression pour financer le projet sur une base purement commerciale. On pense que le Pakistan fait pression sur la Chine pour qu’elle cède en raison de l’importance stratégique du projet ML-I. La Chine, de son côté, semble déterminée à aller de l’avant avec le modèle commercial, probablement avec l’objectif à long terme d’obtenir un plus grand contrôle ou une plus grande propriété au cas où le Pakistan ne respecterait pas ses obligations en matière de prêt.

À Gwadar, considéré comme le « Saint Graal du CECP », la Chine a également réalisé des gains stratégiques et commerciaux. Opérationnelle depuis 2018, la ville portuaire s’avère être un paradis fiscal pour la Chine et un outil de réduction des coûts pour ses exportations. Par conséquent, contrairement à d’autres projets, la Chine a accéléré la mise en œuvre du port et d’autres projets connexes dans le délai prédéterminé. Ainsi, la construction de l’autoroute de la baie Orientale, de l’aéroport international de Gwadar, d’une centrale au charbon de 300 MW, etc. sont quelques-uns des projets de Gwadar qui ont été réalisés nettement plus rapidement que d’autres projets du CECP.

Pour la Chine, l’achèvement rapide du projet Gwadar est crucial, car il s’inscrit dans le cadre de l’ambition chinoise d’assurer sa présence dans les ports de l’océan indien, notamment Hambantota et Kyaukphyu. On estime également que la Chine prévoit de transformer Gwadar en base navale et que l’aéroport international de Gwadar pourrait disposer des installations nécessaires pour permettre la présence de l’armée de l’air chinoise. Cependant, malgré les pressions chinoises pour accélérer l’avancement des projets à Gwadar, la situation sécuritaire instable dans la province et les attaques des insurgés baloutches contre les intérêts chinois sont apparues comme un obstacle majeur.

La population locale baloutche considère le CECP comme un moyen d’exploiter ses ressources naturelles et affirme que les tentatives de faire échouer le projet au Baloutchistan ont entraîné une augmentation des violations des droits de l’Homme à l’encontre de la population locale. Les dirigeants de la communauté baloutche ont qualifié le CECP d’outil de colonisation par la Chine et les groupes d’insurgés baloutches ont attaqué à plusieurs reprises les forces de sécurité pakistanaises et les biens liés au CECP.

Bien que la Chine ait essayé de faire taire ces voix d’opposition en fournissant des aides aux populations locales, comme la mise en place d’une usine de dessalement, d’un hôpital et d’un institut de formation professionnelle pour les habitants, ces moyens se sont révélés inefficaces et les groupes nationalistes baloutches ainsi que les militants des libertés civiles continuent de s’opposer avec véhémence aux projets liés au port de Gwadar.

Craignant une résistance continue de ces groupes, le gouvernement pakistanais, sous la pression chinoise, a augmenté les effectifs du personnel de sécurité déployé pour la protection des travailleurs chinois et des projets du CECP et a également commencé à sécuriser Gwadar. Ces mesures, ainsi que la mort suspecte de deux militants baloutches en Suède et au Canada en 2020, tous deux critiques à l’égard du CECP, n’ont fait qu’alimenter la colère des habitants.

Contrairement aux intérêts de la Chine, le projet Gwadar n’a pas encore apporté de résultats significatifs au Pakistan. Les observateurs pensent que le gouvernement pakistanais s’est rendu compte de ce fait dans les deux ans qui ont suivi la mise en service du port et a, par conséquent, tendu la main à d’autres pays pour collaborer au projet portuaire afin d’augmenter le trafic, et même de mettre en place des projets de jumelage avec d’autres ports.

Pendant ce temps, de nombreux projets du CECP n’ont pas encore démarré en raison de désaccords et de divergences entre les deux partenaires. En outre, les gouvernements des deux pays sont également confrontés à de graves accusations de corruption et de manque de transparence dans la mise en œuvre de ces projets. La Chine a porté des accusations de retard de paiement, de détournement de fonds et de corruption contre le Pakistan, tandis que ce dernier a accusé les entreprises chinoises de s’être livrées à des irrégularités financières, à de fausses déclarations de fonds et à la sur facturation des projets.

Ce jeu des reproches a commencé à peser sur le développement du CECP. En 2020, le recul de l’économie dû à la COVID-19 et l’opposition croissante à laquelle le gouvernement pakistanais doit faire face de la part des populations du Gilgit-Baltistan et du Baloutchistan, où se trouvent de nombreux projets clés du CECP, ont contribué à la vulnérabilité des projets.

Pour les pays qui envisagent ou ont déjà signé des accords liés à l’ICR avec la Chine, le CECP peut s’avérer être une étude de cas exceptionnelle sur les pièges attendus de ce type de projets menés par la Chine.

* Écrivain et consultant, président du Roland Jacquard Global Security Consulting (RJGSC).