fbpx
 
 

Pour une lecture optimale, téléchargez gratuitement l'Appli GWA pour tablettes et smartphones

 

Les arrière-pensées expansionnistes de Pékin au Gilgit-Baltistan

25 juillet 2022 Expertises   37452  

Roland Jacquard
Roland Jacquard

Ce n’est un secret pour personne que le corridor économique Chine-Pakistan (CECP) est moins une question d’économie que de stratégie – la stratégie de la Chine. Le vernis de l’économie et du développement n’est maintenu que pour cacher la véritable force motrice qui pousse la Chine à injecter des dizaines de milliards d’euros au Pakistan. La Chine est désormais le plus grand créancier du Pakistan et ce dernier risque de devenir un nouvel exemple de la diplomatie chinoise du piège de la dette. Pour la Chine, le CECP n’a aucune valeur intrinsèque. La valeur réelle des projets réside dans le fait que la Chine n’a pas seulement une empreinte mais un contrôle virtuel sur deux biens immobiliers essentiels – le port de Gwadar et la région du Gilgit-Baltistan.

L’importance de Gwadar, un port stratégiquement situé sur la mer d’Oman, tient au fait qu’une base navale y donnera à la Chine une grande emprise sur le trafic maritime transitant par l’Asie occidentale et donc un droit de regard sur l’économie énergétique mondiale.

D’autre part, le contrôle du Gilgit-Baltistan, une région enclavée et contestée par l’Inde et le Pakistan, est important car elle borde la province chinoise à majorité musulmane du Xinjiang. La création d’une « zone tampon » au Gilgit-Baltistan aidera la Chine à empêcher les groupes terroristes islamiques d’accéder au Xinjiang. En d’autres termes, si Gwadar est essentiel pour la projection de la puissance extérieure de la Chine, le Gilgit-Baltistan l’est pour la sécurité intérieure, car la Chine craint que cette région ne devienne la voie d’infiltration des groupes terroristes islamiques dans le pays.

Les premiers rapports sur la présence croissante de la Chine au Gilgit-Baltistan sont apparus vers 2010, près de trois ans avant l’annonce du CECP . À l’époque, plusieurs centaines de soldats chinois étaient censés être présents au Gilgit-Baltistan pour sécuriser les liaisons routières et construire des projets d’infrastructure, dont près de deux douzaines de tunnels. Après l’annonce du CECP, la présence de ressortissants chinois au Gilgit-Baltistan a encore augmenté, ostensiblement en lien avec les projets CECP construits dans la région. Vers 2015, les Chinois ont commencé à exprimer de sérieuses inquiétudes quant à la sécurité non seulement de leurs projets mais aussi de leur personnel. Plus tard, en 2017, des rapports ont indiqué que la Chine souhaitait que le Pakistan incorpore le Gilgit-Baltistan en tant que province dans la Constitution du pays, afin de disposer d’une base juridique plus solide en ce qui concerne les investissements chinois dans la région.

Le Pakistan s’est abstenu de déclarer le Gilgit-Baltistan comme une province en 2017, puis en 2020. Cela s’explique en grande partie par le fait qu’une telle décision aurait compromis la position du pays sur le Jammu-et-Cachemire, non seulement en ce qui concerne le Gilgit-Baltistan, mais aussi l’« Azad Kashmir », une autre région de l’ancien royaume du Jammu-et-Cachemire, administrée par le Pakistan. Par conséquent, le Pakistan a tenté de répondre aux exigences de la Chine en matière de sécurité, et a rassuré les Chinois en leur promettant un dispositif de sécurité infaillible pour leurs projets et leur personnel. En conséquence, une nouvelle force de plus de 15 000 agents de sécurité a été constituée pour assurer la sécurité du CECP. Les Chinois ont nommé des officiers de liaison pour contrôler la force de sécurité. Dans le même temps, l’armée pakistanaise s’est servie des préoccupations des Chinois en matière de sécurité pour chercher à jouer un rôle dans le CECP – ce que le gouvernement d’Imran Khan lui a accordé en nommant un général de l’armée à la tête de l’Autorité CECP pour superviser les aspects sécuritaires des projets chinois.

La force de sécurité spéciale mise en place par le Pakistan pour protéger les intérêts chinois ne s’est toutefois pas avérée très efficace et plusieurs attaques ont été perpétrées contre des ressortissants chinois au Pakistan. Par exemple, le 14 juillet 2021, un bus transportant des ingénieurs chinois travaillant sur le projet de barrage de Dasu, dans le Khyber Pakhtunkhwa, a été attaqué à la bombe, faisant 13 morts. De même, le 26 avril 2022, un bus transportant des enseignants de l’Institut Confucius a été attaqué par un kamikaze à Karachi, entraînant la mort de trois ressortissants chinois.

Ces attaques contre des ressortissants chinois ont conduit la Chine à demander l’autorisation de faire venir son propre personnel de sécurité pour protéger ses biens et ses ressortissants au Pakistan. Mais les autorités pakistanaises ont jusqu’à présent résisté aux demandes chinoises, malgré les pressions incessantes exercées par la Chine pour que des troupes soient présentes au Pakistan.

Selon certains rapports, la question a été une nouvelle fois soulevée par le conseiller d’État Yang Jeichi lors de sa récente visite au Pakistan en juin 2022. Compte tenu de l’état périlleux de l’économie pakistanaise et de sa dépendance croissante à l’égard de la Chine, ce n’est qu’une question de temps avant que la vieille parabole arabe du chameau qui veut d’abord mettre son nez dans la tente, puis s’empare de toute la tente, ne se réalise au Pakistan !

Alors que la plupart des Pakistanais ne disent rien de ces évolutions, les habitants du Gilgit-Baltistancraignent de plus en plus que le Pakistan ne cède bientôt la région à la Chine, tout comme il avait cédé la vallée de Shaksgam, qui faisait également partie de l’ancien royaume de Jammu et Cachemire, aux Chinois au début des années 1960. La proximité du Gilgit-Baltistan avec le Xinjiang a également entraîné des mariages entre des commerçants transfrontaliers basés au Gilgit-Baltistan et des femmes ouïghoures. Ces dernières années, certains de ces Pakistanais se sont plaints à leur gouvernement de la disparition de leurs épouses chinoises, soupçonnant qu’elles seraient placées dans des camps de rééducation au Xinjiang. Inutile de dire que même si le Pakistan a fait part de ces plaintes à la Chine, il est probable que la partie chinoise n’en tienne pas compte.

Dans ce contexte, les sentiments anti-chinois se sont accrus dans la région du Gilgit-Baltistan ainsi qu’à Gwadar. Les protestations contre la présence chinoise ou le manque de développement économique et de droits politiques ont été fortement réprimées par le gouvernement pakistanais. Et malgré la résistance locale, la présence de la Chine n’a fait qu’augmenter. La politique étrangère de la Chine étant de plus en plus agressive et expansionniste, ce n’est probablement qu’une question de temps avant que la Chine ne prenne le contrôle de facto de certaines régions du Pakistan. Ci-joint