fbpx
 
 

Pour une lecture optimale, téléchargez gratuitement l'Appli GWA pour tablettes et smartphones

 

Réponse au CFCM : Cessez de parler au nom des Français musulmans !

27 décembre 2023 News   126272  

Dans un communiqué daté du 20 décembre 2023, intitulé « Sondages et Musulmans de France : stop aux manipulations », le Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) nous attaque, à propos de deux sondages : ‘‘Les Français musulmans et les questions de religion et de laïcité’’ et ‘‘Les Français musulmans face au conflit israélo-palestinien’’, respectivement réalisés pour la revue ‘‘Écran de Veille’’ et la webTV ‘‘Elamaniya.TV’’, deux publications du groupe Global Watch Analysis, par un prestigieux institut de sondage, l’Ifop.

Dans ce communiqué, le CFCM n’hésite pas à reprendre des éléments de langage utilisés, à notre encontre, lors de campagnes de dénigrement et de calomnie orchestrées sur les réseaux sociaux par les Frères musulmans et leurs relais politiques et médiatiques, notamment au sein de la mouvance woke. Parmi ces allégations, destinées à discréditer nos publications et les sondages en question, figurent les affirmations mensongères selon lesquelles la webTV ‘‘Elamaniya.TV’’ ne serait pas une chaîne de télévision, mais juste un « site » internet ! Et que nos sondages sont caractérisés par des « questions biaisées et orientées » !

Confondre une WebTV et un site internet témoigne d’une étonnante ignorance de l’évolution des supports médiatiques à l’ère du numérique. À moins qu’il ne s’agisse de mauvaise foi délibérée, ayant pour objectif de minimiser la crédibilité et la portée d’Elmaniya.TV, qui se définit comme une ‘‘chaîne laïque franco-arabe’’, et qui a suscité de virulentes attaques de la part de la mouvance islamo-frériste, le jour même de son lancement, le 9 décembre 2023, à l’occasion de journée nationale de la laïcité.

Quant à l’accusation selon laquelle nos sondages sur les Français musulmans souffriraient de « questions biaisées et orientées », voici le seul argument avancé par le CFCM : il nous est reproché, ainsi qu’à l’Ifop, d’avoir utilisé l’intitulé ‘‘Quels regards les Français musulmans portent-ils sur le conflit entre Israël et le Hamas ?’’, alors que, selon le CFCM, « Les Français musulmans comme la majorité de nos concitoyens considèrent qu’il ne s’agit pas d’une ‘‘guerre entre Israël et le Hamas’’, mais essentiellement d’un massacre dirigé contre des civils innocents ». Et le communiqué du CFCM de conclure que « dès lors, les questions et les réponses de cette étude se trouvent complètement biaisées ».

Pour plaire au CFCM, Il aurait fallu reformuler l’intitulé de notre sondage ainsi : ‘‘Quels regards les Français musulmans portent-ils sur le massacre dirigé contre des civils innocents par Israël ?’’ ! Voici, donc, la neutralité et l’objectivité journalistiques, telles que les imagine – et veut nous les imposer – le Conseil Français du Culte Musulman !

Par ailleurs, le CFCM nous reproche d’interroger dans les sondages en question les Français musulmans sans y associer leurs concitoyens de confessions juive et chrétienne. Or, vouloir imposer une telle symétrie systématique, qui voudrait que dès lors que l’on interroge une communauté sur un sujet précis, il faudrait faire de même avec toutes les autres communautés, relève d’une vision communautariste que nous ne partageons pas et qui n’a pas lieu d’être en France.

Pour nous, ce qui détermine le choix d’interroger précisément une catégorie sociale est la pertinence journalistique de sonder ses prises de position à propos du sujet que l’on voudrait analyser. Exemple : au début de la campagne électorale de la dernière présidentielle, lorsque le phénomène Zemmour a pris de l’ampleur, notre revue ‘‘Écran de Veille’’ a commandé à l’Ifop un sondage sur le vote des Catholiques pratiquants, car ils avaient failli porter François Fillon à l’Élysée en 2017 et soutenaient massivement Zemmour en 2022. Par contre, à la même période, un sondage sur le ‘‘vote musulman’’ nous a été proposé, mais nous avions décliné l’offre, car le vote musulman, lors de la présidentielle de 2022, n’avait aucune pertinence politique ou électorale.

Il n’y a donc aucun tabou à consacrer des sondages aux Juifs ou aux Chrétiens de France, tout autant qu’aux Musulmans. Le CFCM peut même en commander aux instituts de sondage, à chaque fois que cela lui semblera pertinent !

Le communiqué du CFCM s’indigne de « la manipulation des réponses et la désinformation » que notre sondage sur la laïcité aurait, prétendument, générées. La preuve ? Selon le CFCM, « La chaîne Cnews titrera sans scrupule : « 78 % des musulmans considèrent que la laïcité française est islamophobe », alors que « Selon cette enquête : pour 78 % des Français de confession musulmane, la laïcité « telle qu’elle est appliquée » est discriminatoire [envers les Musulmans] » !

Or, même si nous ne partageons pas – loin s’en faut – la ligne éditoriale de CNews, force est de constater que l’argument du CFCM est fallacieux : à Global Watch Analysis, nous réfutons le terme ‘‘islamophobie’’ (un concept liberticide inventé par les Frères musulmans européens pour diaboliser toute critique de l’islam ou de l’islamisme) et utilisons dans le sondage en question le terme ‘‘musulmanophobie’’. Cependant, quelle est la définition donnée à l’islamophobie par les adeptes de ce concept ? C’est précisément la discrimination à l’encontre des Musulmans. Dès lors, on ne comprend pas où se situeraient la « manipulation » et la « désinformation » évoquées par le CFCM !

Par ailleurs, le CFCM s’acharne à nier les évidences révélées par notre sondage à propos de l’hostilité de la majorité des Français musulmans aux valeurs laïques françaises, prétextant qu’il ne s’agirait que d’une « exacerbation » face à aux récentes polémiques liées à l’interdiction de l’Abaya. Et d’ajouter que « Les musulmans de France sont profondément attachés aux valeurs de la République » et à « une laïcité qui n’est pas la négation des convictions religieuses, une laïcité qui garantit la liberté de croire comme celle de ne pas croire, une laïcité qui permet à tous les citoyens de pratiquer le culte de leur choix dans le respect de l’ordre public ».

Or, la définition de la laïcité, évoquée ici par le CFCM, trahit une vision radicalement communautariste : elle relève d’une logique revendiquant tous les droits que la laïcité offre et garantit aux communautés religieuses, tout en occultant les devoirs qui en découlent et qui s’imposent à tous. Raison pour laquelle le CFCM veut passer sous silence les faits, très préoccupants, que parmi les Français musulmans :

  • 81 % jugent que lorsque la religion et la science s’opposent, c’est la religion qui a raison ;
  • 75 % demandent que les athlètes français(e)s soient autorisé(e)s à porter des couvre-chefs à caractère religieux lors des Jeux Olympiques qui auront lieu en France ;
  • 54 % soutiennent que les jeunes filles puissent ne pas assister aux cours de natation pour des raisons religieuses ;
  • 54 % revendiquent que les élèves puissent porter des couvre-chefs à caractère religieux dans l’enceinte de leurs établissements scolaires (donc l’abrogation de la loi de 2004 sur l’interdiction des signes religieux à l’école) ;
  • 50 % demandent que les élèves puissent ne pas assister aux cours dont le contenu heurterait leurs convictions religieuses ;
  • 47 % veulent que soit autorisé dans la rue et les espaces publics le port de vêtement dissimulant totalement le visage (donc l’abrogation de la loi de 2010 interdisant la burqa) ;
  • 51 % affirment que c’est la religion qui détermine leurs choix politiques et 47% les choix de leurs amis !

Autant de revendications qui ne relèvent aucunement de leur liberté de « pratiquer le culte de leur choix dans le respect de l’ordre public », car elles portent atteinte au principe de laïcité et constituent une menace pour le vivre-ensemble qui est le socle des « valeurs républicaines » dont se revendique, prétendument, le CFCM !

Quant à l’affirmation du CFCM selon laquelle les Français musulmans feraient l’objet de « sondages incessants avec leurs lots de manipulations et de stigmatisations », il s’agit d’une contrevérité (nos deux sondages en question sont les premiers sondages interrogeant les Français musulmans, sur la base d’un large échantillon représentatif, alors que les Français juifs et chrétiens font l’objet, depuis de longues années, de dizaines de sondages) qui trahit une vision complotiste indigne d’une institution qui se prétend représentative du culte musulman en France.

Cette représentativité a d’ailleurs été officiellement ôtée au CFCM, à la fin de l’année 2021, par le ministère de l’Intérieur (qui est aussi le ministère des Cultes dans la tradition politique française), en raison de son infiltration par les Frères musulmans, les Millî Görüs turcs et les tenants d’un ‘‘islam consulaire’’ nourri par les animosités algéro-marocaines.

En initiant, en février 2022, la création du Forum de l’islam de France (FORIF), le ministère de l’Intérieur a disqualifié le CFCM, annonçant qu’il n’est plus reconnu comme un interlocuteur des autorités publiques, en ce qui concerne l’organisation du culte musulman en France, comme c’était le cas depuis sa création en 2003.

Le CFCM est donc une entité caduque. Il serait temps qu’il cesse de prétendre parler au nom des Français musulmans !

D’autant plus qu’il agit, le plus souvent, avec la seule motivation de défendre sa paroisse et promouvoir ses visions communautaristes. Quitte, pour cela, à véhiculer des contrevérités, comme lorsque ce même CFCM affirmait, en septembre dernier, au lendemain de l’interdiction de l’‘‘abaya’’ à l’école publique, qu’il ne s’agit pas d’une tenue à caractère religieux, alors que notre sondage démontre que 88 % des lycéennes musulmanes qui portent l’abaya affirment qu’elles le font pour se conformer à une injonction religieuse qui demande aux femmes de cacher les formes de leur corps en public !

Au regard de ses visions communautaristes, il n’est guère étonnant que le CFCM proteste dès que l’on sonde les Français musulmans sur des questions qui fâchent, telles que la ‘‘religiosité toxique’’ et l’hostilité à la laïcité générées par l’islam politique. Par contre, on comprend moins en quoi notre sondage sur les réactions au conflit israélo-palestinien pouvait gêner, vu l’image positive qu’il reflète des Français musulmans : très faible soutien au Hamas, refus de toute transposition du conflit moyen-oriental en France …etc.

En réalité, peu importe que la photographie qui se dégage d’un sondage soit positive ou critique, c’est le principe même de sonder les Français musulmans qui irrite le CFCM (et plus largement toutes les officines liées à l’islam politique et à ses relais politiques et médiatique au sein de la mouvance woke) : donner la parole directement aux Français musulmans menace la raison d’être et le ‘gagne-pain‘ de ces officines, en bousculant leur statut autoproclamé de tuteurs et porte-paroles des Français musulmans !