La Chine, leader mondial de la prolifération nucléaire et… de virus !



Tout comme la communauté internationale a convenu de la nécessité de travailler conjointement pour surmonter les défis posés par la pandémie actuelle de Covid-19, il faut aussi parvenir rapidement à un consensus, pour s’opposer conjointement au mépris flagrant de la Chine pour les normes mondiales et à ses tentatives répétées de déformer les faits, dans le but de contourner les réglementations internationales. 

Par Roland Jacquard
Écrivain et consultant, président du Roland Jacquard Global Security Consulting (RJGSC).

Le cargo chinois Da Cui Yun, appartenant à la société chinoise COSCO Shipping Corporation et naviguant entre le port de Jiangyin, dans la province chinoise du Jiangsu, et le port pakistanais de Qasim à Karachi, a été arrêté par les autorités douanières et de sécurité indiennes dans le port de Kandla, dans l’ouest de l’Inde, au début du mois de février dernier. La raison de cette détention était une cargaison contenant un autoclave industriel, produit à double usage qui peut être utilisé dans la fabrication de missiles balistiques à longue portée ou la construction de moteurs pour satellites. Le produit avait été déclaré à tort comme un séchoir industriel et était destiné à être livré à une entreprise basée à Islamabad, United Construction Company.

La cargaison suspecte a été saisie par les autorités indiennes et déchargée du navire, à la suite de quoi le Da Cui Yun a été autorisé à poursuivre son voyage. La saisie a été ensuite amenée pour inspection par des scientifiques de l’Organisation de recherche et de développement pour la défense (DRDO), une entité  indienne de premier plan en matière de recherche et de développement. Après l’examen, les experts de la DRDO ont conclu que le produit saisi était bien un autoclave industriel à double usage.

Comme en pouvait s’y attendre, le ministère chinois des Affaires étrangères a nié que le produit en question soit à usage militaire ou à double usage selon les termes définis par les règlements sur la non-prolifération et le contrôle des exportations. Et des articles très virulents ont été publiés dans les médias chinois, s’attaquant à l’action de l’Inde comme étant « un acte d’arrogance visant à consolider sa suprématie en Asie du Sud et dans la région de l’Océan Indien ». Le 8 mars, un article paru dans le journal public chinois Global Times a vanté les vertus de la Chine décrite comme une « grande puissance responsable », affirmant que Pékin respecte ses obligations internationales en matière de non-prolifération et ses engagements en tant que signataire du traité de non-prolifération nucléaire (TNP). L’article a accusé l’Inde d’avoir fabriqué des faits et utilisé l’incident de Da Cui Yun comme un levier pour amener les États-Unis, la France et d’autres pays occidentaux à faire pression sur la Chine afin qu’elle autorise l’Inde à rejoindre le Groupe des Fournisseurs Nucléaires (GFN).

Or, la communauté scientifique mondiale est consciente du rôle de la Chine dans la facilitation clandestine du programme nucléaire pakistanais, depuis les années 1980. Plus récemment, cette aide chinoise a aussi permis au Pakistan de développer des missiles balistiques. Et, selon les affirmations officielles des autorités d’Islamabad, le pays a testé le Shaheen II, un missile balistique d’une portée de 1.500 à 2.000 kms, en mai 2019. Les démentis habituels de la Chine ne changeront rien à cette donne.

En effet, comme nous-nous en rendons compte chaque jour davantage, la Chine du président Xi Jinping adopte une approche de plus en plus agressive sur les questions litigieuses. Sa politique consiste désormais à se frayer un chemin au bulldozer à travers des déclarations fortes, étayées par une vaste propagande. Le monde a récemment vu cette machine de propagande se mettre en branle, pour tenter de blanchir la responsabilité de la Chine dans propagation de la pandémie de Covid-19. Une propagande qui moque les autres pays pour leur incompétence et leur incapacité à contenir la propagation du virus et érige la Chine en pays phare qui a montré la voie pour maitriser l’épidémie.

Et alors que le monde est aux prises avec cette crise sanitaire internationale, d’une ampleur sans précédent, le moment est opportun pour prendre conscience de la nécessité d’une initiative internationale concertée pour mettre un terme à la propagande et à le prolifération de la Chine, qu’elles soient nucléaires ou virales !