fbpx
 
 

Pour une lecture optimale, téléchargez gratuitement l'Appli GWA pour tablettes et smartphones
SIPA

 

Banques suisses : Risque de sanctions pour les comptes secrets chinois

23 mars 2023 Expertises   1035  

Roland Jacquard

L’invasion russe de ‘’Ukraine a conduit le gouvernement suisse à imposer des sanctions à la Russie et aux riches oligarques proches de Vladimir Poutine en gelant leurs comptes bancaires suisses. Plus récemment, la Suisse surveille également de près les avoirs chinois dans les banques suisses à la suite de renseignements indiquant que Pékin envisage de fournir à la Russie des armes létales, telles que des drones et des munitions. Selon un rapport du Financial Times, la position ferme de la Suisse sur les sanctions a nourri l’inquiétude des fortunés chinois qui se demandent s’il est encore sûr de garder leur argent en Suisse.

Ces dernières semaines, un certain nombre d’événements ont accentué le risque de sanctions contre la Chine, notamment l’incident du ballon espion et l’éventuelle fourniture d’armes létales par Pékin à Moscou. Le secrétaire d’État américain Anthony Blinken a publiquement mis en garde Pékin contre le risque de fomenter la guerre en Ukraine, affirmant qu’il avait des informations selon lesquelles la Chine fournirait à la Russie des armes létales. Dans le même temps, les États-Unis se préparent à partager ces renseignements avec leurs alliés.

Bien que le gouvernement suisse n’ait pas divulgué la taille des actifs chinois dans le pays, un lot de documents remis au Consortium international des journalistes d’investigation en 2014 a montré que les banques suisses avaient ouvert des comptes pour de nombreuses élites politiques chinoises et leurs enfants. Le lot de documents déclassifiés montre qu’au moins 20 000 personnes fortunées de Chine continentale et de Hong Kong possèdent des sociétés offshore impliquant des familles chinoises de haut niveau parmi les « rouges de deuxième génération ». Au moins cinq des familles de membres du Comité permanent du Politburo possèdent des entreprises dans des centres financiers offshore tels que les îles Vierges britanniques et les îles Cook.

Certaines banques suisses ont déclaré qu’elles jouaient maintenant à un « jeu de guerre » sur la manière de gérer les retombées au cas où les relations de Pékin avec l’Occident se détérioreraient de manière significative. Selon le rapport du Financial Times, tous les gestionnaires de fortune suisses devraient peser l’impact des sanctions imposées par les autorités suisses, qui figurent parmi les priorités des conseils d’administration et des directions des banques.

Au cours des cent dernières années, la Suisse a géré environ un quart de la richesse privée mondiale en raison de son système strict de secret bancaire et de sa position politique neutre. Des dizaines de milliers de personnes fortunées dans le monde aiment ouvrir des comptes secrets dans des banques suisses et transférer leur vaste richesse et leurs fonds en Suisse. Cela rend non seulement possible l’évasion fiscale pour les riches du monde entier, mais également des activités criminelles telles que le blanchiment d’argent, offrant une cachette sûre pour le crime organisé et les fonds illégaux des dictatures. Raison pour laquelle, la Suisse subit la pression de l’Europe, des États-Unis et d’autres pays.

Depuis que la Russie a envahi l’Ukraine l’année dernière, le gouvernement suisse s’est rapproché de l’Union européenne pour imposer des sanctions à la Russie et aux fortunés russes. Selon le Secrétariat d’État suisse à l’économie, environ 7,5 milliards de francs suisses (8 milliards de dollars) de fonds russes sont actuellement gelés en vertu des sanctions suisses. Les données ont montré que quelque 7 500 milliardaires russes avaient déposé 46,1 milliards de francs suisses d’actifs en Suisse. Les comptes bancaires des fortunés chinois pourraient être la prochaine cible.