France : changements en cascade à l’Elysée



Le chef de la cellule diplomatique de l’Elysée, Phillippe Étienne, est nommé ambassadeur à Washington. Il est remplacé au Palais par Emmanuel Bonne, qui était jusque-là directeur de cabinet de Jean-Yves Le Drian au Quai d’Orsay.

Dans le cadre d’un très inhabituel et profond mouvement diplomatique en préparation, plus de 68 postes vont changer de titulaire. Parmi les nominations les plus importantes, Philippe Étienne, le chef de la cellule diplomatique de l’Elysée vient d’être nommé ambassadeur à Washington. Il est remplacé à l’Elysée par Emmanuel Bonne, qui était jusque-là directeur de Cabinet de Jean-Yves Le Drian au quai d’Orsay.

Autre changement diplomatique, François Delattre, l’ambassadeur de France à l’Onu va quitter ses fonctions. Il pourrait être nommé, cet été, secrétaire général du ministère des affaires étrangères, en remplacement de Maurice Gourdault-Montagne.

Par ailleurs, le secrétaire général de l’Elysée, Alexis Kohler, pourrait partir dans le privé. Parmi ses successeurs potentiels, Nicolas Revel, l’actuel directeur général de la caisse nationale d’assurance maladie. Il était le voisin de bureau à l’Elysée d’Emmanuel Macron, lorsqu’il était secrétaire général adjoint, sous François Hollande.

Également en préparation, le départ à la retraite de l’amiral Bernard Rogel, chef d’état-major particulier du président Macron. Il pourrait être remplacé par le général Thierry Burkhard, ancien conseiller militaire de François Hollande et actuel inspecteur général de l’armée de terre. Autre candidat possible, le vice-amiral Jean-Philippe Rolland, chef de la force d’action navale. Mais le corps de l’armée de terre revendique vivement la place.

On évoque aussi la venue à l’Elysée de plusieurs hauts cadres militaires de la Direction du Renseignement Militaire (DRM).