Corruption en Algérie : Qui sont les 15 mystérieuses personnalités qui se partagent la rente pétrolière ?



Dans le prolongement de notre enquête sur les scandales de corruption de la compagnie pétrolière algérienne Sonatrach, en lien avec le clan des Bouteflika, nous avons pris connaissance d’un « rapport spécial » portant sur une enquête financière au sujet d’une société offshore enregistrée dans les Îles Vierges britanniques, sous le nom de Sonatrach Petroleum Corporation, qui servirait de parachute financier permettant à 15 personnalités, dont ce document confidentiel ne révèle pas les identités, de se partager un gigantesque pactole émanant de la rente pétrolière algérienne !

Le rapport précise que cette société offshore est enregistrée dans les Îles Vierges britanniques, mais n’emploie aucun personnel ni n’effectue aucune opération sur place. Elle est représentée par un agent local, du nom de Harneys Corporate Services Limited, qui lui fournit une adresse et une boîte à lettre, comme il est d’usage dans les paradis fiscaux.


Lire le document original


 

Le rapport révèle que ce bras offshore de la Sonatrach dispose de quatre comptes bancaires. Et cite, à titre d’exemple, qu’en décembre 2012, le premier compte, domicilié chez HSBC, était crédité de 923 millions de dollars ; le deuxième, chez Barclays, était doté de 1,32 millions de dollars ; le troisième, chez VP Bank, était crédité de 549 mille dollars ; le quatrième, chez Crorebridge Bank Ltd, contenait 215 milles dollars. Le rapport affirme que la société dispose, par ailleurs, de trois autres comptes à Panama, qui effectuent régulièremnt des transactions avec les quatre comptes indiqués ci-dessus.

Et dans une section intitulée « Additional Information », le rapport indique que ce bras offshore de la Sonatrach effectue des transactions en faveur de 15 personnalités de nationalité algérienne sur des comptes offshore détenus par ces personnalités à Panama, aux îles caïman, en Suisse, au Luxembourg et au Lichtenstein.

Le rapport précise que « la liste des pays (ou les comptes en question sont domiciliés) n’est pas exhaustive et ne saurait l’être ». Et conclue que « malgré cela, nous avons confirmé que des transactions en faveurs de dirigeants et  hommes d’affaires algériens ont bel et bien été effectuées » !